Comment bien prélever les échantillons de moûts et de vins destinés aux analyses microbiologiques ?
1 – Choisir son matériel

La matériel de prélèvement doit être propre, désinfecté à l'éthanol (minimum 70%) et rincé avec le vin à prélever afin d'éliminer toute trace d'éthanol.
Utiliser les flacons stériles mis à disposition au laboratoire ou, à défaut, utiliser des bouteilles en verre propres, désinfectées à l'éthanol et rincées avec le vin à prélever.
 
2 – L'échantillon doit être représentatif
 
Le prélèvement est réalisé dans de bonnes conditions d'hygiène afin d'éviter les contaminations extérieures.
 
Pour les barriques, assembler au moins 3 barriques différentes représentant le début, le milieu et la fin de l'entonnage.
Prélever avec une pipette propre et désinfectée si possible au fond du contenant.
Séparer les contrôles pour les fûts neufs et les fûts usagés.
En cas de suivi microbiologique, il est préférable de toujours prélever les échantillons de la même façon et par la même personne.
 
Pour les cuves, deux possibilités :
 
- au robinet dégustateur : avant de prélever, vidanger le robinet avec 2 litres de vin, le rincer à l'éthanol puis faire couler à nouveau 2 litres de vin.
- dans la cuve : utiliser un plongeur propre, désinfecté à l'éthanol et rincé avec le vin à prélever. Le plonger au milieu de la cuve ou dans son quart inférieur.
Nettoyer le plongeur entre deux prélèvements.
 
3 – Respecter les délais
 
Avant de réaliser une analyse microbiologique, il est conseillé d'attendre 5 à 7 jours après une opération de stabilisation (sulfitage, traitement thermique, filtration...).
 
4 – Prélever le bon volume
 
Pour les moûts en fermentation, remplir le contenant au tiers de sa capacité totale et le fermer immédiatement et hermétiquement après le prélèvement. Le volume minimum à fournir est de 50 mL.
 
Pour les vins, prévoir un volume minimum de 100 mL. Le contenant doit être rempli au maximum de sa capacité